Date - Septembre X784

 

 :: En dehors d'Earthland :: Les Archives d'Earthland :: Les entités planaires Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jashin : divinités factices ou malfaisantes


Fiche de personnage
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Crystas: 0
Joyaux: 0
Dim 4 Fév - 23:42
Deités hallucinées et esprits hanteurs


" - Les dieux nous envient parce que nous sommes mortels, parce que chacun de nos instants peut être le dernier et que tout est beaucoup plus beau car nous sommes condamnés. "



Cette caste spécifique d’entités surnaturelles regroupe diverses espèces, pouvant couvrir à la fois le bestiaire et le domaine des mythes et légendes (dans une moindre mesure, car la croyance doit être profondément ancrée et admise consciemment comme une vérité immuable de ce monde, ceci engendrant l’incarnation d’un être de fable comme une sorcière, une fée ou une déité nouvelle).

Outre les déités suprêmes et primordiales, il y a les colosses que craignent et vénèrent les peuples anciens, tel l’immense entité de l’arc Avatar. Ce genre de créature présentent toutes les caractéristiques propres à un anthropomorphe, à l’exception de sa taille si démesurée qu’il parait homme surplombant des insectes. On ignore bien des choses à leur égard, mais le populisme fabule sur une longévité, une force et une résistance inouïe. Hélas ces êtres ne peuvent s’incarner sur notre plan physique qu’au travers d’un rituel du sang, un millier d’âme nécessite l’invocation sans pourtant octroyer un quelconque lien à l’invoqueur. En effet, la présumée déité a beau n’être pas moins intelligente qu’un humain moyen, elle n’estime pas devoir quoique ce soit du fait de sa fierté d’être supposé supérieur. (vous ne pouvez pas en incarner un, ce sont des éventuels pnj d’event)

Une autre catégorie de créatures qualifiées de divines est ceci dit jouable. Celle des Jashin. On les appelle ainsi car il s’agit d’êtres vénérés et/ou craints par pure superstition d’abord, mais qui ne s’avèrent n’être en vérité que des déités factices, voire des mauvais esprits, quand il ne s’agit pas de déclinaisons pauvres des cinq grands. Concernant les déités dites mineures, l’on y concentre toutes les créatures surnaturelles uniques (neutres ou bienveillantes), parfois mues par une conscience développée ou tout juste un instinct de bête, lorsqu’il ne s’agit pas d’un incarnation d’un élément naturel (tel un esprit saisonnier, ou la naissance d’un phénomène miraculeux), mais encore les êtres défuns qu’une certaine gloire ou forte croyance aura élevé au statut d’éternel (du moins tant que le souvenir se transmet, car l’oubli à divers degré amoindri la légende et donc son avatar) ; ou encore un dépositaire qui doit régir une valeur abstraite (moindre que le temps, comme la notion de couleur  ou d’émotions par exemple). A noter que ces personnages, jouables, sont pour certains cantonnés à une existence dénuée de liberté véritable. A l’image les animaux qui suivent un schéma d’existence restreint et machinal, les esprits de la nature ou les déités locales ne peuvent vraiment s’éloigner de leur sphère d’influence, de leur fonction ou de leur pensée, au risque de perdre à la fois tout crédit et vitalité octroyés par la foi des fidèles, que la raison ou la vie elle-même (telle une anomalie que la création corrigerait, le désordre ne faisant pas long feu dans la Nature). Leurs traits peuvent variés à foison, tout comme leurs facultés, en suivant une certaine logique calculée. Un spectre héroïque ne pourra par exemple pas prétendre à une évolution quelconque, à moins que le mythe le régissant soit modifié ou altéré (sachant que la vision de tout ce qu’il est peut varier selon les versions, époques ou mœurs, le refaçonnant ainsi – à l’image d’un servant de l’univers fate)

Pour ce qui est des faux et mauvais dieux sont le plus souvent doués d’intentions malveillantes, sans gènes ou tout juste amorales. Quoiqu’il ne leurs parait jamais qu’ils en sont amoraux et égoïstes. Leur personnalité peut varier entre le narcissisme, les passions les plus extravagantes jusqu’à l’enclin naturel à la manipulation, et autres penchants les faisant sembler à des démons. Et leurs facultés magiques ne diffèrent en rien des arcanes des hommes, des bêtes et autres entités conscientes. Si bien que leur potentiel est tout aussi grand et pauvre aux yeux des seigneurs célestes. Chacun dispose d’une forme de magie éventuellement unique, rarissime, oubliée ou encore déviante ou d’avantage élaborée. Mais ce qui fait la spécificité de ces filous au caractère sacré factice c’est bien le fait de ne pas vraiment dépendre des humains. S’ils se nourrissent des apports des rites, comme des offrandes ou des sacrifices, ces drôles se jouent d’avantage de leurs apôtres et du folklore qu’ils suscitent, afin d’alimenter leur tendance à la paresse ou satisfaire des besoins qui font qu’on les craindrait d’avantage. Cette habile tension qu’ils génèrent auprès des populations leur permet notamment d’entretenir une forme aiguë de dépendance à leur égard, faisant de leurs victimes du bétail distrayant. En cela, ils ne diffèrent pas tant de leurs congénères piégés en leurs routines. Mais se mouvoir signifie délaisser ses proies vulnérables pour se heurter à des contrées où d’autres sévissent, initiative risquée que peu d’entre eux saisissent de craintes d’encourir le trépas, sous prétexte de fouler le territoire d’un autre qui le verrait en insurrection rivale et ambitieuse. Et là où l’un d’eux disparait, une autre entité s’empare de sa place vacante, et les peuples ne peuvent qu’en espérer la venue d’un pourfendeur de diables ou l’apparition d’un esprit protecteur. Enfin, là où leurs homologues sont éternels ou presque, ils doivent se sustenter d’âmes pour perdurer (en ce sens ou dérober l’essence vitale d’un être leur confère une fraicheur obsessive, sans pourtant susciter un besoin compulsif d’engranger la jeunesse en avance). Ce phénomène renforce d’ailleurs très légèrement la puissance de la créature, puisqu’elle n’est pas affectée par la croyance populaire. (Par souci de fairplay, un grand dévoreur ne sera pas jouable directement, mais vous pouvez le devenir.)
Revenir en haut Aller en bas

Fiche de personnage
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Crystas: 0
Joyaux: 0
Mar 10 Avr - 14:30

Hypérion, père de la nuit (image)

Cette bête majestueuse et discrète apparait trop rarement aux humains, mais l'on s'aime à dire que sa venue est de bonne augure. Malgré sa tendance à demeurer à l'écart, à bonne distance de qui désirerait l'approcher. Ce coureur sous le firmament serait né de croyances ancestrales relatives à la venue du manteau nocturne qui révèle les étoiles. Comme elle, il serait invisible lorsque l'astre diurne trône dans les cieux. Ses plus fervents admirateurs que sont les astronomes et autres lieurs cosmiques s'aiment à penser qu'il s'agit d'une manifestation de ce phénomène. Une créature dont on ignore les facultés réelles en plus de fantasmer sur sa nature si mystérieuse et fascinante. Elle n'a d'ailleurs jamais paru hostile à quiconque et ne semble pas d'avantage douée d'une sensibilité ou d'un affect. Comme si l'animal fantasmagorique n'était qu'une chimère seul vouée à émerveiller l'humanité. Et les vieilles traditions s'accordent à dire qu'il s'agit d'une divinité réelle, un esprit de la nature dont l'être transcende trop le plan terrestre pour être comprit, et qu'il s'en retourne à l'aube en sa tanière dans le lointain en l'attente de celui qui pourrait rejoindre les Grands. Un spécimen sans doute unique et immortel.


Aurore, la danseuse du crépuscule (image)

Plaisante, charmante, agréable, délicate, douce, attentionnée. Ceux qu'elle côtoient peinent à tarir leurs éloges tant elle les bouleverse au moindre égard. Si on la sait douée de parole et d'un intellect digne d'un humain, la délicieuse beauté reste assez vague sur le mystère qui l'entoure. Et elle s'affère à plaire à la multitude par le biais d'une vaste culture, de manières distinguées ou d'une sincère passion pour l'érudition et la pratique des arts. Car elle craint d'être rejetée, décriée, haït et persécutée pour ses traits ou sa puissance. Elle est d'ailleurs encline à la retenue, à brider son talent au front, afin de meurtrir au minimum. Malgré sa réticence à décevoir ses cibles, des mages constellationistes qu'elle séduit par le discours. Si le mensonge lui déplait, elle préfère qu'on l'imagine en esprit stélaire plutôt qu'en jashin. Du reste, la belle dévoile à loisir son élégance naturelle ainsi que l'aspect gracile et poétique de son enveloppe, souvent parée de cette cuirasse imposante. En effet, sa magie lui permet de l'endosser et révoquer comme tout bon mage du rééquipement. A vrai dire, elle affirme que sa panoplie et ses armes, lames solaires et nocturnes traduisant la volonté d'un équilibre des choses, lui viennent du grand roi des esprits, lui dont-elle serait l'engeance supposée. Outre son esprit romantique, l'on ignore son âge véritable.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En dehors d'Earthland :: Les Archives d'Earthland :: Les entités planaires-