Date - Septembre X784

 

 :: Royaume de Fiore :: Ouest de Fiore :: Ville portuaire de Cedar Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De vautours à pariat(s), les esseulés [test rp Ayke]


Fiche de personnage
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Crystas: 0
Joyaux: 0
Mar 15 Mai - 16:32


LES ESSEULES


La jeune fille et le sauveur vagabond

Assise à l’écart, patientait une jeune fille. Elle demeurait dans l’ombre des feuillages, tapie à l’abri des regards, derrière des troncs imposants. Son mutisme n’avait d’égale que l’absence de lueur en ses prunelles. Des traits impassibles et mornes manquaient d’enlaidir sa belle frimousse, son joli minois pâlot. Et ses grands yeux noisette s’abandonnaient d’aventure à l’admiration d’une scène étrange. Elle contemplait là son œuvre. Un arbre qui bordait naguère ce chemin, et désormais couché en travers la voie menant à la cité portuaire de Cedar. Un bien modeste sacrifice, nécessaire à la réalisation de son entreprise. Ce barrage rustique mais solide ne la délivrait pas moins de cette lassitude lancinante qui l’accablait. La donzelle abhorrait tant ce sentier flanqué de grands pins. Il empestait l’orgueil et l’égoïsme, l’indifférence et la corruption. Elle portait dont tout naturellement en haine cette charmante bourgade côtière, et lui préférait alors une bien meilleure compagne, sa triste solitude en cette forêt dense. L’exil à la civilisation l’avait délivrée de sa frustration, comme de sa peine à admirer quotidiennement des armoiries insipides et des gens sourdes à sa détresse. Elle voulait croire que même l’arbre abattu ne la moquerait pas avec un air emplit de médisance et de suffisance. Du reste, des pauvres bougres avait su enjamber l’obstacle, sans remarquer sa présence. Elle n’avait pas même eu besoin de chasser des gredins montés à cheval, de vilains bourgeois et autres grossiers personnages se contentaient de rebrousser chemin en pestant. D’autres sentiers les raviraient, lorsqu’elle les toisait dépitée depuis les broussailles. De pauvres erres s’étaient même enfuis à l’approche du tronc couché et feuillu, sans doute de crainte qu’on ne s’essaye à les détrousser. Un mage impuissant avait d’ailleurs envisagé qu’il s’agisse d’un stratagème de guilde rivale ou malfaisante, du fait des tensions palpables dans la région, visant à forfaire à l’écart. Mais il s’était prestement ravisé, tant l’éventualité lui paraissait saugrenue chez des canailles organisées et autrement plus fines. Mais la jeune fille dévisageait également cet ignare, ce sot aveugle. Nul doute qu’on avertirait la garde fabuleuse du hameau, et que l’un de ses arrogants cuirassés viendrait faire son office. Mais elle attendait qu’on daigne l’exhausser. Sa patience s’avérait fructueuse après des heures à voir défiler des niais et des fous, une carriole tractée par un cheval s’avançait toute insouciante. Ce couple de marchand s’était peut-être laissé entendre qu’on aurait déjà évacué l’arbre du passage, mais hélas il demeurait en place, intact. Et alors que la voiture gagnait l’abord du sinistré, la jouvencelle s’évadait à sa cache. Là elle épouvantait par son approche soudaine. Des brindilles brisées foulées du pied, un air inquiétant, ainsi qu’une sordide suivante finissaient de pétrifier ces pauvres bougres. Et voilà qu’un hurlement d’hystérique s’élevait jusqu’aux cimes, pouvant retentir au loin et ameuter fringants et fougueux  détracteurs à celle qui s’imposait menaçante et intimait de ne commettre aucun mouvement inconsidéré.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vif Argent
avatar

Fiche de personnage
Points d'XP:
0/1000  (0/1000)
Crystas: 10
Joyaux: 10 000 (Change)
Vif Argent
Dim 27 Mai - 22:12







Compte-rendu du Personnage

[État actuel] : /
[Sorts en cooldown] : /
[Plage de dégâts] : 7-9 avec [Solaris] et 6-8 sans arme (base 2-4)
[Effet spécial d'attaque automatique] : Saignement avec [Solaris]
[Passifs actuellement fonctionnels] : Point faible, Peur sociale
[Passifs actuellement activés] : Aucun
[Distance max parcourue par tour en combat] : 50 mètres (Vitesse 9/10)

Statistiques d'actions

Social : 3/20 - Charme 1/10, Commandement 2/10, Persuasion 2/10, Renseignement 2/10
Force : 15/20 - Constitution 4/10, Combativité 4/10, Masse 2/10, Technique 9/10
Agilité : 15/20 - Discrétion 1/10, Équilibre 2/10, Vitesse 9/10, Souplesse 7/10
Education : 7/20 - Estimation 6/10, Magie 1/10, Nature 1/10, Ville 3/10
Initiative : 12/20 - Perception 4/10, Réflexes 4/10, Témérité 4/10, Anticipation 4/10

Inventaire

[Joyaux] : 10000
Administrativement : change Crocus
Chronologiquement dans ce RP : dans l'inventaire de la Space Magic
[Solaris] : Épée personnelle forgée par son père en cadeau. Ce nom a été donné en référence au Soleil, dans l'espoir que son fils sorte de sa propre ombre et s'ouvre au monde. C'est aussi, je cite, "pour changer un peu de la Lune et de la froideur du style Âme d'Argent".
=> +1-1 lorsqu'elle est équipée et utilisée.

Maîtrise

[Épée] : 3/3 ~ Maîtrise innée

[Pas encore validé administrativement => contextuel] Space Magic : 1/6





De vautours à parias, les esseulés


Le bon, la brute et les marchands

20 septembre x784




   


WOW ! C'était quoi, ça ?

Alors qu'Ayke errait dans une forêt de l'Ouest du royaume, il entendit un cri. Le jeune homme n'était là qu'à cause de son sens de l'orientation d'efficacité discutable et son oubli d'acheter une carte à Crocus. Parvenu à s'égarer, il cherchait initialement la ville de Cedar afin de trouver des chevaliers à l'épée qui accepteraient de vérifier avec lui le style chevaleresque. Le hurlement de peur l'intrigua : si les frayeurs n'avaient rien d'extraordinaire en forêt, un tel niveau de décibels relevait quand même de l'insolite.

De plus, la source du bruit était proche. Curieux mais peu serein, Ayke fusa à travers toute cette végétation afin d'en trouver la cause. S'il s'agissait d'une situation sérieuse, peut-être serait-il en mesure d'intervenir : son talent à l'épée compensait son absence de magie offensive ! Sa magie spatiale, qu'il avait apprise un peu plus de deux semaines plus tôt, ne lui permettait que d'ouvrir une brèche transcendant l'espace pour stocker ses biens dans une dimension personnelle.

Un inventaire des plus pratiques !

Soudainement...

Et merde !

...Des gens apparurent dans son champ de vision. Sa tension fit une ascension des plus surprenantes en se rendant compte qu'il allait également se faire remarquer. Ayke se doutait que le boucan venait d'autres êtres humains mais n'avait pas pensé à se préparer psychologiquement à en côtoyer.

Si seulement j'avais réfléchi, comme d'habitude !

Ayke examina la situation : une jeune femme armée se dressait devant une carriole de marchands arrêtée par un arbre abattu.

Pffff, du banditisme... Certes, pour une fois, le malfrat cliché est une femme. Au moins, ça varie un peu.

Sans hésiter une seule fraction de seconde, le mercenaire dégaina sa lame. Sa peur entravait déjà son être sur tous les aspects, tous les plans possibles. La limite, déjà posée, s'annonçait d'office comme un problème.

"Heu... Qu'est-ce que vous leur voulez !?"

Si Ayke devait en dire davantage, il hésiterait beaucoup plus. Heureusement que peu de mots suffisaient amplement pour se faire entendre par la jeune paria.
Revenir en haut Aller en bas

Fiche de personnage
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Crystas: 0
Joyaux: 0
Ven 1 Juin - 20:07


LES ESSEULES


L'indicible faucheuse

Voilà qu’une ombre surgissait de la pénombre du bosquet dense, un éclair d’argent évadé aux feuillages, une bravoure touchante mais hélas impotente. Le phénomène n’avait pas même effaré la jouvencelle faisant dos à la scène, elle qui fixait d’aventure de pauvres bougres pétrifiés de terreur devant sa lame, son silence et son regard glacial. Et là où le mâle retrouvait un brin de dignité en admirant le bellâtre venu les secourir, quel fringuant sauveur, son épouse étranglait enfin sanglot et suppliques. Leur détracteur n’avait pas même daigné leur rétorquer l’objet de cette mascarade, comme si l’or et les épices ne l’intéressaient nullement. Du reste, le fougueux éphèbe au crin d’or avait tiré l’épée, mais il échouait à la dissuader ou intimidée. Il apparaissait d’avantage craintif et guère confiant à contempler ses traits d’épouvante. Et ce grand dadais et jeune freluquet n’évoquait en rien les armoiries du hameau-caserne. Il ne devait pas appartenir à ces faquins enorgueillis par leurs richesses, renommées et aptitudes martiales. Mais elle se réservait une méfiance bien à elle sur le cas de l’énergumène qui la flanquait presque, figé au près de la carriole. Le brave n’affichait d’ailleurs pas d’avantage d’hostilité à son égard que la petiote dénuée de courbes n’en nourrissait à son égard. Et là où d’autres auraient fait volte-face ou reculés avec inquiétude ou hargne, la donzelle en armure demeurée si paisible. Certes elle demeurait impassible et face à ses proies à demi rassurées, mais elle le considérait d’un regard si fugace qu’elle intimait toujours une froideur naturelle, un sérieux impeccable et la témérité d’un formidable adversaire. Ou bien n’était-ce qu’une nature feignante ou molle qui s’exaltait avec nonchalance ? « Rien qui ne te concerne. Passe ton chemin, étranger. » Soufflait-elle de la petite voix morne tandis qu’elle empoignait sa gargantuesque arme à deux mains. L’’une de ses mimines gantées d’acier s’allait camper au plus proche de la lame, avant de la hisser au-dessus de son crâne et de l’abattre violemment sur le bois qu’elle fendait aisément, libérant ainsi la bête sans la meurtrir. L’animal séparé de ses maîtres s’enfuyait en hennissant de panique. Elle avait coupé là toute retraite ou éventualité d’échappatoire pour la carriole. Le geste visait-il plus qu’à éprouver plus qu’un canasson et trois pouacres ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Royaume de Fiore :: Ouest de Fiore :: Ville portuaire de Cedar-