Date - Septembre X784

 

 :: En dehors d'Earthland :: Présentations :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Milena Funken, une VRAIE bombe [Finie]

Mage de Mermaid Heel - Rang C
avatar

Fiche de personnage
Points d'XP:
125/1000  (125/1000)
Crystas: 346
Joyaux: 0
Mage de Mermaid Heel - Rang C
Jeu 1 Mar - 16:55
Âge : 31 ans
Origines : La mer !
Guilde : Mermaid Heel
Objets clés : Son manteau et son tricorne de capitaine
Compagnon : Non
Funken Milena
Fêtarde
Non liante
Réfléchie
Franche
Loyale
Partial
Altruiste
Boit-sans-soif
Sybarite
Nocturne
Carnation : Clair
Taille : 1m78
Corpulence : 80kg - Voluptueuse
Cheveux : Long et rose
Yeux : Bleu clair
Signe(s) distinctif(s) : Une belle balafre traverse son visage depuis le dessus de son oeil droit jusqu'au haut de son cou a gauche de son visage. Elle a aussi une poitrine importante bien mise en valeur par sa redingote et des fesses rondes et fermes certes dissimulée par la redingote  mais une fois découverte, très agréable a regarder grâce a un pantalon blanc moulant.
Trente et unes années d’une vie déjà très bien remplie… Vous vous demandez peut-être de quoi elle est remplie. Je vais essayer de raconter une histoire relativement complète.

Je suis née sur un grand navire, le Beckett. Mon père était son capitaine, le terrifiant Simons « Le Cauchemar » Upton. Concernant ma mère je ne suis pas trop sûre, la version changeait selon le niveau d’alcoolémie de mon père. Lorsqu’il était sobre c’était la fille d’un roi kidnappée et réduite en esclave sur le navire, quand il était bourré c’était soit une magnifique sirène tombée amoureuse de lui au point de devenir humaine, soit un monstre affreux trop préoccupé par sa libido pour réfléchir à la possibilité pour elle de porter un enfant. Pour ce qui est des membres d’équipage, assez peu ont survécu entre ma naissance et mes onze ans, lorsque j’ai commencé à m’interroger sur ma mère. Et ceux qui avaient survécu suivaient, même sobre, la version du monstre. Ma théorie c’est que ma mère était une catin peut-être un peu trop bien satisfaite par Simons et qui a décidé de le suivre en mer. Comment être sûre que je suis la fille du capitaine ? Bah je sais pas, apparemment seul le capitaine avait le droit de la toucher et elle-même n’avait pas le droit de quitter sa cabine. Mais hé ! C’était un bateau pirate !

Revenons-en à moi. J’ai été éduquée à la dur sur le navire. J’ai pris des coups, des insultes, beaucoup de punitions et de menaces. Je devais faire des boulots compliqué pas toujours adapté à ma taille bref, une enfance pas hyper enviable. Pourtant j’aimais beaucoup mon père, j’avais déjà a huit ans la ferme intention de l’assassiner pour prendre sa place mais j’adorais mon père. Il était fort et respecté de ses hommes et au combat, personne ne le laissait y aller seul, plus par admiration que par crainte des punitions qu’il réservait aux lâches. Il était craint de ses ennemis à tel point que la simple vu de son pavillon terrifiait ses ennemis et le plus souvent, ils se rendaient. Le Beckett était une terreur des mers. A tel point que de nombreuses guildes marchandes payaient très grassement le capitaine Simons pour obtenir une immunité. Parfois même il obtenait des contrats pour couler les guildes adverses.

Qu’est-ce qui rendait le Beckett si terrifiant ? D’abord, c’était un grand navire mais un navire sinistre. Presque entièrement noir, des cordages étaient volontairement laissés au vent, un habile coup de couture permettait de faire croire à des trous dans la voile. Un membre de l’équipage avait aussi la capacité de créer une brume autour du navire afin de faire croire à un navire fantôme. L’équipage ensuite, on dit qu’aucun navire n’a connu d’équipage plus féroce. Ils maîtrisaient parfaitement l’art de la comédie et du spectacle, le but des abordages étant plus de saper le moral que de massacrer l’équipage. Evidemment, ils savaient tout aussi bien se battre. Enfin il y avait le capitaine Simons, « Le Cauchemar ». Son surnom n’était pas dû au hasard, il avait la capacité de pénétrer l’esprit de ses victimes et d’en sortir ce qu’il voulait, pas la peine de demander j’ai jamais vraiment su ce que ça signifiait et il a toujours refusé de m’expliquer. Il avait, au début de sa carrière, rendu fou une dizaine d’équipage avant de les débarquer dans différents pays pour rependre sa légende.

Bon, du coup le décor de mon enfance est posé, on peut commencer à parler vraiment de moi. J’ai été mise au travail dès mes six ans. J’ai rapidement du apprendre à me faufiler un peu partout, à grimper aux cordages rapidement, à ne pas tomber à l’eau évidemment et à éviter les bouteilles vides qui volent lorsque l’équipage n’en  a plus besoin. Quand j’ai eu dix ans, mon père m’a emmené sur la terre ferme pendant un bon mois afin de voir si j’avais mes aptitudes magiques. On l’a découvert lorsque j’ai voulue allumer une lampe à huile et qu’au lieu de simplement et normalement allumer l’allumette, comme tout le monde l’aurait fait, j’ai entendu un grand bruit, comme quelqu’un qui tire au pistolet a silex et l’allumette avait explosé. A ce moment je n’avais pas vraiment compris ce qu’il s’était passé et j’étais terrifiée. Quelques jours plus tard on a débarqué sur une île et mon père à commencer à « m’apprendre » à sa manière comment me servir de ma magie.

Mon père était un pirate et un meneur d’homme, pas un professeur de magie. Et c’était pas le pirate le plus tendre alors forcément j’avais pas du tout envie d’échouer. Il usait de violence et de menaces pour me forcer à essayer plus que je ne le faisais déjà. J’avais très peu de soutien et beaucoup d’attentes de sa part. Au bout d’une semaine j’ai réussie à prendre le coup de main, a créé des petits pétards entre mes doigts simplement en le décidant. C’était une grande avancée pour moi et j’en étais très fière mais… Simons ne l’était pas tant que ça. Il voulait plus. J’ai pris deux semaines de plus à m’entraîner à faire de vraies explosions. Comme je progressais très lentement, il a commencé à m’affamer.  Bah ça a marché puisque quelques jours plus tard, je réussissais enfin a créé d’importantes explosions selon ma volonté. Bon, ça veut pas dire que c’était facile non plus mais je savais le faire.

A la fin de ce mois, lorsqu’on a repris la mer et qu’on a finalement trouvé un navire marchand qui refusait de se rendre, mon père m’a dit « Vas-y » avant de me balancer sur le pont adverse. Je n’étais qu’une gamine et j’étais au milieu d’un beau navire marchand bien gardé. Bah j’ai pas réussi à le faire exploser, c’était pas le but de toute façon, comment récupérer le butin s’il est au fond de l’eau ? Par contre, j’ai réussi à exploser deux mats et à tuer, avec les dommages collatéraux, trois gardes avant de sauter à l’eau pour rejoindre le Beckett. Comme il restait un troisième mat et une quarantaine de gardes, la victoire était loin d’être totale mais au moins, j’avais empêché leur fuite.

J’ai continué a perfectionné mes techniques à chaque fois qu’on allait sur la terre ferme, je réussissais progressivement à faire plus de dégâts, plus de bruit, plus d’explosion. Progressivement, je devenais une arme lorsque le navire adverse refusait la reddition. Problème, ma « légende » ne se propageait pas. Mon père faisait en sorte de ne laisser aucun survivant lorsque j’utilisais mes pouvoirs, pour lui c’était pour garder l’effet de surprise, moi je savais très bien qu’il voulait limiter ma renommée afin qu’il reste indispensable pour l’équipage et que si je venais à prendre sa place, on aurait beaucoup de mal à rester aussi terrifiant et donc, aussi riche. J’ai donc vécu jusque mes vingt ans dans l’ombre de mon père.

Il est mort, lui, une bonne partie de l’équipage et le Beckett dans un combat qui a très mal tourné. On a attaqué un navire marchand sur lequel on avait un contrat de pillage. On est tombé dans un piège. Dès qu’on a été assez proche du navire, une demi-douzaine d’autres ont surgit de derrière une ile proche et nous ont attaqué. Le combat a été rude, ils étaient beaucoup plus nombreux mais restaient des marchands, le Beckett lui avait l’habitude de combattre. Durant la bataille j’ai réussie a détruire deux navire a moi seule mais, incapable de faire plus et blessée, c’est d’ailleurs de là que je tiens la balafre qui traverse mon visage, j’ai dû me replier sur un navire ennemie qui avait déjà été nettoyé. Les marchands, voyant que la bataille penchait en notre faveur ont tenté le tout pour le tout et un des deux derniers navires, bourré d’huile, a foncé sur le Beckett et a exploser, détruisant le Beckett et tuant presque tous les membres a bords dont le capitaine Simons.

Ce jour-là je suis devenue capitaine. Il restait cinq ou six membre d’équipage et avec eux et le navire volé on a réussi à s’enfuir. Le moral n’était franchement pas bon et pas la peine d’aller chercher la récompense, c’était sûrement un piège aussi. C’est avec beaucoup d’alcool, payé grâce à « l’épargne » de mon cher père, sous forme de trésor enterré, que j’ai réussi à gagner une forme de respect de la part des survivants et grâce a eux, j’ai pu reconstituer un équipage correct. Et là, c’était l’âge d’or de mon équipage et de ma vie de capitaine. Premièrement on a gardé le navire volé, il était rapide et manœuvrable, beaucoup plus que le Beckett mais moins grand, moins terrifiant et surtout moins renommé. J’ai baptisé le navire le Lucie, en hommage à la charmante aubergiste qui nous avait servie à boire la veille du baptême. Deuxièmement, la nouvelle de la mort du capitaine Simons se propageait rapidement et les navires marchands devenaient plus téméraire maintenant que la terreur des mers était morte, on en a profité avant qu’un nouvel équipage ne prenne le relai. Troisièmement, j’étais beaucoup plus libre d’utiliser mes pouvoirs, j’en ai donc profitée pour forcer les navires à se rendre en leur faisant peur ou alors en détruisant les navires militaires qui nous cherchaient un peu trop. Evidemment, je réfléchissais à chaque fois avant d’utiliser mes pouvoir, suffit qu’une explosion soit un peu trop forte pour que le Lucie disparaisse aussi.

J’admets que, passer d’arme secrète cachée dans la cale a capitaine d’un navire pirate florissant, ça change les habitudes de consommation. Je me suis rapidement habituée à l’alcool haut de gamme, a la meilleur viande disponible et surtout à un confort des plus agréables. Cependant on était beaucoup trop riche et tout garder pour moi aurait été totalement égoïste alors, une fois que mes besoin étaient remplie, je faisais largement profiter à l’équipage. On organisait au moins une fois toutes les deux semaines une grande fête sur le navire avec beaucoup, beaucoup, beaucoup d’alcool. Mais vraiment beaucoup. Très souvent on invitait des femmes (et des hommes pour satisfaire tout le monde) à bord afin de rendre les choses plus intéressantes. Très rapidement, je m’attachais à mon équipage, à chaque mort tout le navire était triste et buvait à sa mémoire pendant au moins deux mois. Faut toujours trouver une raison pour boire !

C’est pendant cette période que je suis véritablement passé d’un corps de fille à un corps de femme. Même si j’avais déjà quelques formes, le confort et la nourriture que j’avais désormais à disposition m’aidait beaucoup à prendre un poids convenable. Mon corps s’est rapidement transformer et ça se voyais dans le regard de mes hommes. Ils ne me regardaient plus avec reconnaissance pour l’alcool ou avec admiration pour mes prouesses martiale mais avec un regard beaucoup plus malsain, beaucoup plus lubrique. Je commençais même par moment à avoir peur. Pas qu’un homme me saute dessus, ça je pouvais gérer, mais plutôt que tout l’équipage ne décide de profiter des bienfaits de la nature. Heureusement, les femmes que je payais pour participer à nos petites fêtes suffisaient largement à combler leurs désirs.

Hélas ça ne dura qu’une petite année. Un nouveau très gros navire pris le relai, le Spearhead. Malheureusement, c’était un navire de corsaire alors les pirates qui embêtent un peu les navires marchands de la mauvaise organisation… On s’est fait avoir. A bord, aucun n’était mage alors à première vue on avait l’avantage. Par contre, quand je me suis rendue compte que j’étais seule parce que mon équipage étaient mort… Je me suis rendue. J’ai été globalement pas trop mal traitée, ramenée a Fiore et jugée. Pour sauver ma peau, j’ai pas donner le nom de mon père, j’ai changée. J’ai eu beaucoup de chance et je n’ai pris de la prison que pour vingt ans. C’est-à-dire qu’on laissait assez peu de trace alors le Lucie n’était pas un équipage majeur ou très dangereux, ça n’a jamais été notre objectif. J’ai en plus révélé l’emplacement de nombreux trésor qu’on avait caché un peu partout afin de me racheter et puis j’ai su « convaincre » les juges…

J’avais certes sauvé ma peau, cependant je sentais un grand vide en moi… Je n’avais sauvée ma peau que par instinct de préservation j’imagine. J’avais perdue tout mon équipage, de bons gars avec qui on avait tissé des liens… Je me sentais incroyablement seule et je ne pensais pas à sortir de la prison, en sortir pour aller où ? Avec qui ? J’avais à cette époque vingt et un ans. J’ai passé les cinq premières années à parler le moins possible et à faire voler les dents de celles qui voulaient m’emmerder. Je n’étais pas nécessairement plus fortes et elles étaient souvent plus nombreuses par contre, j’étais beaucoup plus rapide et agile, et surtout plus habituée à me battre au poing.

Là vous commencez à vous demander comment une méchante fille comme moi, qui a fait de la prison, qui a été pirate, a bien pu terminer à Mermaid Heel. On y est presque. Au bout de cinq ans à n’avoir que le minimum d’interaction sociale, j’ai commencée à me rapprocher d’un « gang ». Evidemment, ce n’était pas des enfants de cœurs, j’ai dû casser quelques dents aussi pour me faire respecter. C’étaient pour la plupart des membres d’une guilde noire mineure mais leur cheffe elle était membre d’une guilde plus importante. Je restais assez calme dans la prison mais le « gang » me faisait miroiter des montagnes de richesses  ainsi qu’un grand nombre de mage puissant sur lesquels je pourrais compter. Ma vie après la prison commençait à prendre forme. Gagner de l’argent facilement grâce à ma magie et à mon savoir-faire, c'était ce que je voulais faire.

Cinq ans plus tard j’ai été libérée pour bonne conduite. En revanche, une grosse bêtise supplémentaire et c’était le gibet. J’ai pris la route en direction de la guilde noire que m’avait indiquée la cheffe.  J’avais confiance et j’étais optimiste. Evidemment, avant ça j’ai fait un court arrêt à la taverne la plus proche histoire de vider leur stock. Une fois arrivée à la guilde noire, j’ai rapidement compris que ce n’était pas exactement ce que je cherchais. C’était plus un repaire de voyou méfiant les uns envers les autres qu’un groupe de joyeux camarades. En plus, je ne venais pas de la part de la bonne personne. Dès que j’ai prononcé le nom de cette fille, j’ai perdu connaissance. Je me suis réveillée dans une cellule froide et humide. Quelque chose m’empêchait de faire exploser le bâtiment. Un sentiment de trahison tournait dans ma tête et à chaque seconde, je m’énervais un peu plus.

Au finale je bouillonnais de rage et à chaque fois qu’un membre de la guilde rentrait, je l’attaquais. Bon, au bout de trois attaques ils ont commencé à me droguer et à m’attacher. Ils avaient clairement l’intention de me vendre comme esclave et essayaient de me soumettre. Sauf que moi, on me soumet pas facilement. Du coup on me frappait, on tentait de m’amadouer, de me faire de belles promesses. Mais j’ai tenu bon. Je les haïssais bien trop pour accepter d’obéir. Un beau jour pourtant, j’ai entendu beaucoup d’activité, beaucoup plus que d’habitude. Au bout de quelques minutes a chercher à me défaire de mes liens, une épaisse fumée à commencer à s’infiltrer dans la pièce et toute lumière semblait disparaitre. Je commençais même à étouffer lorsque finalement, quelqu’un est rentré. Je perdais lentement connaissance à cause du manque d’air. Tout ce dont je me souviens c’est d’un prénom, celui de ma sauveuse… Puis j’ai perdue connaissance.

Je me suis réveillée à l’extérieur. Il faisait beau. Cela faisait bien un mois que je n’avais pas pu quitter ma cellule. Lorsque j’ai essayé de me repérer, j’ai vu la guilde en ruine. Autour de moi d’autres personnes inconscientes, blessées. Lorsque j’ai demandé ce qu’il s’était passé à une personne en relativement bon état, elle m’a répondu que plusieurs guildes avaient lancé un assaut sur la guilde noire pour s’en débarrasser.  J’ai alors répétée le nom que j’avais entendu plus tôt et apprit qu’elle était de Mermaid Heel. J’avais toujours été une « méchante » et ça m’a menée dans deux cellules différentes dont l’une qui aurait pu très mal finir. Peut-être que si je tentais ma chance chez les « gentils » ça irait mieux ? De toute façon, qu’est-ce que j’avais de mieux à faire ? Je pourrais gagner ma vie là-bas et mettre à profit mes compétences… Et puis j’avais une personne à retrouver pour rembourser ma dette… Il ne m’en fallait pas plus, j’ai attendue encore un peu histoire de reprendre totalement mes esprits et je suis partie.

C’est bizarre n’est-ce pas ? D’ancienne pirate qui cherche à rentrer dans une guilde noire à mage dans une guilde officielle qui cherche à s’acquitter de sa dette alors que j’aurais pu disparaitre dans la nature et vivre ma vie de mon côté. C’est probablement en partie parce que j’étais totalement désœuvrée, que je ne savais pas trop quoi faire. Sûrement aussi parce que j’avais envie de faire chier les guildes noires… Quoi qu’il en soit, je ne regrette rien. Pour le moment…

Et voilà c’était mon histoire. Aujourd’hui ça doit pas faire loin de trois mois que je suis rentrée dans la guilde et pour le moment tout se passe bien, j’ai reconnue celle qui m’a sauvée la vie mais j’attends le bon moment pour rembourser ma dette. En attendant, je fais des missions, je gagne de l’argent et je bois… Beaucoup…

Magie : Ma heat magic, c’est une magie assez simple à comprendre. En gros, le principe, c’est de tout faire péter. Bon, je fais pas tout exploser comme je veux d’un claquement de doigts, ce serait trop facile.

En gros, à partir de n’importe quelle partie de mon corps, je peux créer une explosion d’une puissance diverse selon la puissance magique que j’utilise. Si je suis en contact avec le sol, je peux créer une explosion à distance, évidemment pas d’aussi loin que je le veux, mais celle-ci doit elle aussi partir du sol. Ce qui signifie évidemment que je ne peux pas crée d’explosion directement dans les airs ou à partir de quelque chose qui n’est pas en contact avec le sol.
Revenir en haut Aller en bas

Fiche de personnage
Points d'XP:
0/0  (0/0)
Crystas: 0
Joyaux: 0
Ven 2 Mar - 18:30


« Fiche Validée ! »

Admis au sein de Mermaid Heel, au rang C


Enfin ta validation ! Mais avant de commencer à nous conter tes récits et aventures fascinantes avec les autres membres du forum, il va te falloir :

→ Recenser ton avatar. (Ici.)

→ Faire une fiche technique dans la partie qui t'est réservée. (Ici.)


Ta plage de dégâts automatique est de 2 à 4.
Tu as 6 points de compétences à distribuer. (2 avec le Rang E, 2 avec le Rang D, et 2 avec le Rang C)
Ton Rang C t'octroie 25 PV et 250 MP.
Tu as 0 Joyaux.
Tu as le droit à la Maîtrise Innée pour l'équipement suivant : [Bateau]


Tes statistiques d'actions sont les suivantes :

Social - 18/20 : Milena semble être une leader-née, de par sa lignée et son passé !
Force - 6/20 : Le personnage n'a pas l'air d'avoir eu besoin d'user de sa force brut et son faste au sein de la Lucie l'a probablement ramollie.
Agilité : 8/20 -  Bien qu'étant décrite dans sa jeunesse comme très agile, un postérieur aussi imposant et une poitrine aussi développée lui font désormais défaut pour continuer à exceller dans ce domaine.
Éducation - 10/20 : Pas très éduquée, la pauvre a était élevée en pleine mer et hormis sa connaissance de la navigation, le reste n'est pas très impressionnant.
Initiative : 7/20 - Milena semble préférer le moment opportun plutôt que de foncer tête baissée, l'initiative n'est pas son fort, mais la patience est une vertu en soi !

Encore bienvenue et bonne aventure à toi parmi nous ! 


«La force au féminin !»


Codage par Saphira pour EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En dehors d'Earthland :: Présentations :: Fiches validées-